• Etre chef en Argentine...

    L'Argentine est un pays où les chefs pullulent et rivalisent de superlatifs et d'impuissance inventive ou créative...L'Argentine est aujourd'hui la championne du monde de la plus mauvaise cuisine des pays modernes. Aujourd'hui les établissements vendent au prix le plus fort une cuisine qui est très loin derrière le niveau culinaire le plus bas des petits bistrots français. Les chefs français qui sont ici sont au moins sûr qu' ils auront du travail car en France même en tant que plongeur je n'en voudrais pas. D'abord le matériel est inadéquat donc le travail plus difficile, les chefs sont très mauvais et ont pour devise d'acheter le moins cher possible au détriment de la qualité. J'étais par hasard chez un fournisseur de légumes qui fournit les plus grandes maisons de Buenos-Aires. La viande arrive congelé, les volailles également quand au poisson le seul frais qui existe c'est du décongelé séché. Je ferai une exception, pour le Palais Duhau dit l'hôtel Hyatt, je reconnais les efforts du chef français qui en a su en faire la meilleure table du pays mais à quel prix...C'est au-dessus de mes moyens journaliers.Quant aux autres, il vaut mieux les zapper tous, pas un, vous m'entendez pas un ne déplaisent à certains fondus qui bavent encore devant la beauté et la mode des bars et restaurants de Porto Madero ou de Palermo...Il est évident que je ne parle pas ici des petits bistros de quartier que je ne connais pas, mais de ce que les Portenos appellent la gastronomie. La cuisine ne se fait pas avec des architectes incapable de penser une cuisine moderne et je viens d'en faire l'expérience pour mon club. La cuisine se fait avec des produits de bases, de qualité où le surgelé est banni et il a besoin d'hommes de talents, mais pas de girouettes au service d'acheteurs incompétents qui ne voient que ce qu'il paient. Pierre Cardin me disait un jour, l'important dans une affaire ce n'est ce que les choses me coûtent, l'important pour moi se sont ce que les choses me rapportent...Vu la réussite du grand homme je crois que cette devise se passe de tout commentaire...le résultat il est aujourd'hui de part et d'autres dans les assiettes, et qu'on se le dise bien vite.
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :