• Brésil : La Cuisine bahiana



    La cuisine de Bahia...
    L'État de Bahia fait partie du Nordeste, mais sa cuisine est une cuisine à part: les épices y sont à l'honneur. Ainsi, vous serez servi si vous aimez les goûts forts, les odeurs fortes, les piquants forts les couleurs fortes et les huiles fortes comme l'azeite de dendê.

    azeite de dendê. 

    Poissons et fruits de mer
    Avec ses 932 km de côtes, il y a tout ce que vous pouvez imaginer en produits de la mer, puis il y a le cacao,
    et... les oranges (laranja Bahia).<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Voici les principaux produits locaux:

    Noix de coco: le fameux côco, avec lequel on fait une infinité de produits.
    Voir côco.

    Manioc:
    Tubercule du manioc (mandioca)
    - plante d'Amérique du Sud, de la famille des euforbiacées
    - il est produit de la farine (farinha)
    et du tapioca (polvilho ou goma).
    Voir Mandioca.


    Macaxeira: (du tupi maka xera) espèce de manioc comestible que l'on cuit dans l'eau. On les mange avec de la viande, comme garniture ou au lait (à la campagne du Nordeste). On en fait aussi le fameux bolo (gâteau) de macaxeira ou bolo de aipim. 
    <o:p></o:p>
    Aipi ou aipim: du tupi aipi; le même que macaxeira.


    Caju: le fruit de l'anacardier.
    On mange le fruit frais, on en fait des jus (suco de caju),
    des cajus en compote sucrée (doce de caju)
    ou encore cristalisés (caju cristalizado).
    Les châtaignes sont grillées (parfois salées).
    On en fait de la farine en les pilant et
    en y ajoutant de la farine de manioc.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    <o:p></o:p>

    La cuisine de Bahia est celle des origines du Brésil,
    car c'est ici qu'il y a eu les premiers contacts entre
    les portugais et les indiens tupiniquins.
    Cette cuisine est le résultat du prodigieux
    mélange entre les ingrédients locaux,
    ceux venus d'Europe et ceux d'origine africaine.
    C'est ce qui fait la spécificité non seulement
    de la cuisine mais de toute la Bahia. 

    La présence africaine est plus forte
    que partout ailleurs.
    Et Bahia se targue d'avoir non seulement
    la meilleure cuisine, la vraie cuisine,
    assez piquante entre parenthèses,
    mais aussi d'être la capitale de la musique
    et des rithmes.
    Le tout fortement empreint de religiosité africaine.
    À regarder les plats aux coins des rues,
    en offrande à Ogun, Oxóssi, Iémanjá, etc.
    Et si le folklore et la fête sont pris très
    au sérieux à Bahia, la cuisine
    ne l'est pas moins...<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>

    Voici quelques-uns des plats et les spécialités
    les plus appréciées des Bahianos:
    vatapá,
    caruru da Bahia,
    sarapatel,
    moqueca bahiana,
    acarajé,
    xinxim de galinha,
    bobó de camarão,
    efó,
    moqueca de camarão,
    farofa de dendê,
    arroz-de-hauçá,
    galinha de cabidela,
    acaça,
    abará, molho de nagô.
    La liste est longue...<o:p></o:p>

    La Cuisine Cearense<o:p></o:p>

    LA CUISINE DU CEARÁ
    Les 573 km de côtes du Ceará fournissent les poissons,
    la langouste, les crevettes et les crabes
    et les fruits de mer règnent.
    Vient ensuite, le domaine de la canne-à-sucre
    et ses produits: la rapadura, le melaço
    et la cachaça en sont les principaux.
    Le manioc comestible -
    macaxeira - est très apprécié avec de la viande
    séchée et râpée.
    On y mange également beaucoup de mungunzá.

    La cuisine de l'arrière-pays est à base de tubercules
    et de maïs: des patates-douces,
    de la macaxeira,
    du cuscus de milho, auxquels on ajoute en général
    de la carne seca
    - ou carne-de-sol
    - viande séchée et râpée.
    Ici, on est dans le pays de la carne-de-sol!<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Voici les principaux produits locaux:


    Noix de coco:
    Le fameux côco, avec lequel
    on fait une infinité de produits.
    Voir côco.


    Manioc:
    Tubercule du manioc (mandioca)
    - plante d'Amérique du Sud, de la famille des euforbiacées
    - il est produit de la farine (farinha)
    et du tapioca (polvilho ou goma).
    Voir Mandioca.


    Macaxeira: (du tupi maka xera) espèce
    de manioc comestible que l'on cuit dans l'eau.
    On les mange avec de la viande,
    comme garniture ou au lait (à la campagne du Nordeste).
    On en fait aussi le fameux bolo (gâteau)
    de macaxeira ou bolo de aipim.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Aipi ou aipim: du tupi aipi;
    le même que macaxeira.


    Caju:
    le fruit de l'anacardier.
    On mange le fruit frais, on en fait des jus (suco de caju),
    des cajus en compote sucrée (doce de caju)
    ou encore cristalisés (caju cristalizado).
    Les châtaignes sont grillées (parfois salées).
    On en fait de la farine en les pilant
    et en y ajoutant de la farine de manioc.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Dans l'Etat du Ceará, comme dans les autres Etats
    du Nordeste, le manioc est aussi incontournable.
    Et, comme pour beaucoup d'autres Brésiliens,
    s'il n'y a pas de farinha, pour un alagoano,
    il n'y a rien à manger!
    La farinha, sous la forme de farofa,
    accompagne le feijão verde au beurre.
    Feijão verde.
    Avec de la carne de sol, râpée,
    cela constituera la paçoca.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Des plats aux poissons et aux fruits de mer
    du Maranhão à la paçoca, à la carne do sertão
    et aux casquinhas de siri, la cuisine du Nordeste est
    l'une des plus caractéristiques du Brésil.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>

    La Cuisine Maranhense<o:p></o:p>

    LA CUISINE DU MARANHÃO
    La cuisine du Maranhão est une cuisine équilibrée.
    Avec ses 640 km de côtes, outre ses nombreuses
    rivières, les poissons et les crevettes
    en sont les éléments principaux.


    Le riz au cuxá (arroz-de-cuxá)
    Grand producteur de manioc (1er) et
    de riz (le 2e plus grand du Brésil), ces deux produits
    complètent la nourriture de base de la population.
    L'arroz-de-cuxá (1) en est donc le plat typique.
    Les coquillages
    dont le sururu),
    les crabes de toutes sortes sont également très
    appréciés de la population.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    À l'intérieur du pays, on mange beaucoup de gibier,
    en général sous la forme de pot-au-feu
    Ensopado,
    Pancit guisado.
    L'huile préférée de la région est l'huile de babaçu,
    «le» palmier du Maranhão.
    Enfin, ce n'est pas une cuisine très piquante.
    On y mange aussi beaucoup de glaces et
    des compotes aux fruits abondants,
    outre les fruits au sirop.

    Voici les principaux produits locaux:


    Noix de coco:
    le fameux côco, avec lequel on fait une infinité de produits.
    Voir côco.
    Manioc:
    Tubercule du manioc (mandioca)
    - plante d'Amérique du Sud, de la famille des euforbiacées
    - il est produit de la farine (farinha)
    et du tapioca (polvilho ou goma).
    Voir Mandioca.


    Macaxeira:
    Du tupi maka xera) espèce de manioc comestible
    que l'on cuit dans l'eau.
    On les mange avec de la viande, comme garniture ou
    au lait (à la campagne du Nordeste).
    On en fait aussi le fameux bolo (gâteau) de macaxeira
    ou bolo de aipim.


    Aipi ou aipim: du tupi aipi; le même que macaxeira.


    Caju:
    Le fruit de l'anacardier.
    On mange le fruit frais, on en fait des jus (suco de caju),
    des cajus en compote sucrée (doce de caju)
    ou encore cristalisés (caju cristalizado).
    Les châtaignes sont grillées (parfois salées).
    On en fait de la farine en les pilant et
    en y ajoutant de la farine de manioc.<o:p></o:p>
    Dans l'Etat du Maranhão, plus que dans les autres
    Etats du Nordeste, l'influence de la cuisine et
    des traditions indiennes se fait sentir dans la cuisine
    et les habitudes alimentaires de la population.
    Ainsi, le poisson moqueado y fort prisé.
    Les crevettes fraîches ou salées sont également
    fortement employées dans les grandes spécialités locales.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Voici quelques-uns des plats les plus appréciés des Maranhenses:
    arroz-de-cuxá,
    arroz-de-jaçan,
    maria isabel,
    caruru maranhense,
    soupe au maïs,
    arroz de caranguejo,
    cuxá da roça,
    peixe moqueado,
    fritada de camarão,
    etas,
    pé-de-moleque,
    compota de bacuri.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    La Cuisine Paraibana<o:p></o:p>

    LA CUISINE DU PARAÍBA
    La cuisine du Paraíba est une cuisine typiquement
    Nordestine:
    poissons, coquillages et fruits de mer, avec
    une abondance de crabe, le caranguejo constituent
    la base de l'alimentation des habitants du littoral.
    À la campagne et dans le sertão,
    les rois incontestés sont la carne de sol, le manioc
    et les dérivés de la canne-à-sucre.
    Pendant des décennies, faut-il le rappeler,
    Pernambuco en a été le plus grand producteur
    au Brésil.
    C'était le temps du pays de la civilisation du sucre!<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    n Voici les principaux produits locaux:<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Noix de coco: le fameux côco, avec lequel on fait une infinité de produits. Voir côco.


    Manioc:
    Tubercule du manioc (mandioca)
    - plante d'Amérique du Sud, de la famille des euforbiacées
    - il est produit de la farine (farinha)
    et du tapioca (polvilho ou goma).
    Voir Mandioca.


    Macaxeira:
    Du tupi maka xera espèce de manioc comestible
    que l'on cuit dans l'eau.
    On les mange avec de la viande, comme garniture
    ou au lait à la campagne du Nordeste.
    On en fait aussi le fameux bolo (gâteau) de macaxeira
    ou bolo de aipim.


    ü aipi ou aipim:
    du tupi aipi, le même que macaxeira.


    Caju:
    Le fruit de l'anacardier.
    On mange le fruit frais, on en fait des jus (suco de caju),
    des cajus en compote sucrée (doce de caju)
    ou encore cristalisés (caju cristalizado).
    Les châtaignes sont grillées , parfois salées.
    On en fait de la farine en les pilant et
    en y ajoutant de la farine de manioc.<o:p></o:p>

    Dans l'Etat du Paraíba, le pays aux ananas,
    la cuisine est typiquement sertaneja.
    Aussi, comme partout dans le Nordeste du Brésil,
    le manioc est aussi incontournable.
    Et, comme pour beaucoup d'autres Brésiliens,
    s'il n'y a pas de farinha, pour un paraibano
    de la campagne ou quelqu'un de traditionnel,
    il n'y a rien à manger! 

    La farinha, souvent sous la forme de farofa,
    accompagne le feijão.
    Pilée avec de la carne de sol râpée
    elle deviendra la fameuse paçoca.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>

    Voici quelques-uns des plats les plus appréciés
    des Paraibanos:
    Paçoca de carne seca, paçoca de feijão,
    pirão de peixe, pirão de galinha,
    doce de coco,
    torta de mamão,
    pudding de maracujá.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>

    La Cuisine Pernambucana<o:p></o:p>

    LA CUISINE DU PERNAMBUCO
    La cuisine du Pernambuco est une cuisine
    typiquement Nordestine:
    Poissons, coquillages et fruits de mer,
    avec une abondance de crabe, le caranguejo
    constituent la base de l'alimentation
    des habitants du littoral. 

    À la campagne et dans le sertão, les rois incontestés
    sont la carne de sol, le manioc et les dérivés
    de la canne-à-sucre. Pendant des décennies,
    faut-il le rappeler, Pernambuco en a<o:p></o:p>
    été le plus grand producteur au Brésil.
    C'était le temps du pays de la civilisation du sucre!<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Voici les principaux produits locaux:


    Noix de coco:
    Le fameux côco, avec lequel on fait une infinité de produits.
    Voir côco.


    Manioc: du tubercule du manioc (mandioca)
    - plante d'Amérique du Sud, de la famille des euforbiacées
    - il est produit de la farine (farinha) et
    du tapioca (polvilho ou goma).
    Voir Mandioca.


    Macaxeira:
    Du tupi maka xera espèce de manioc comestible
    que l'on cuit dans l'eau.
    On les mange avec de la viande, comme garniture
    ou au lait à la campagne du Nordeste.
    On en fait aussi le fameux bolo (gâteau) de macaxeira
    ou bolo de aipim.


    Aipi ou aipim: Du tupi aipi, le même que macaxeira.


    Caju:
    Le fruit de l'anacardier.
    On mange le fruit frais, on en fait des jus (suco de caju),
    des cajus en compote sucrée (doce de caju)
    ou encore cristalisés (caju cristalizado).
    Les châtaignes sont grillées ,parfois salées.
    On en fait de la farine en les pilant et
    en y ajoutant de la farine de manioc.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Dans l'Etat du Pernambuco, comme partout
    dans le Nord et le Nordeste du Brésil,
    le manioc est aussi incontournable.
    Et, comme pour beaucoup d'autres Brésiliens,
    s'il n'y a pas de farinha, pour un pernambucano
    de la campagne ou quelqu'un de traditionnel,
    il n'y a rien à manger! 

    La farinha, souvent sous la forme de farofa,
    accompagne le feijão.
    Pilée avec de la carne de sol râpée elle deviendra
    la fameuse paçoca.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Des plats aux poissons et aux fruits de mer du
    Maranhão à la paçoca, à la carne do sertão et
    aux casquinhas de siri, la cuisine du Nordeste est
    l'une des plus caractéristiques du Brésil.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>

    La Cuisine Piauiense<o:p></o:p>

    LA CUISINE DU PIAUI
    Piauí veut dire "rivière aux grands poissons"
    dans la langue des indiens qui habitaient la région.
    La cuisine du Piauí est une cuisine de simplicité.
    Elle est fortement marquée par l'origine
    du peuplement de cet État.
    Autrefois, c'étaient les conducteurs de troupeaux
    venus de l'intérieur de Pernambuco et de Bahia
    vers le littoral!
    Une bonne partie de l'État se trouve en plein sertão.
    Sa cuisine repose sur la carne de sol, la farinha
    et les dérivés de la canne-à-sucre,
    surtout la rapadura.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Voici les principaux produits locaux:


    Noix de coco:
    Le fameux côco, avec lequel on fait une infinité de produits.
    Voir côco.


    Manioc:
    Tubercule du manioc (mandioca)
    - plante d'Amérique du Sud, de la famille des euforbiacées
    - il est produit de la farine (farinha) et
    du tapioca (polvilho ou goma).
    Voir Mandioca.


    Macaxeira:
    Du tupi maka xera espèce de manioc comestible
    que l'on cuit dans l'eau.
    On les mange avec de la viande, comme garniture
    ou au lait(à la campagne du Nordeste.
    On en fait aussi le fameux bolo (gâteau) de macaxeira
    ou bolo de aipim.


    Aipi ou aipim:
    Du tupi aipi, le même que macaxeira.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Caju:
    Le fruit de l'anacardier.
    On mange le fruit frais, on en fait des jus (suco de caju),
    des cajus en compote sucrée (doce de caju)
    ou encore cristalisés (caju cristalizado).
    Les châtaignes sont grillées , parfois salées.
    On en fait de la farine en les pilant et
    en y ajoutant de la farine de manioc.<o:p></o:p>
    Dans l'Etat du Piauí, comme partout dans le Nord
    et le Nordeste du Brésil, le manioc est aussi
    incontournable.
    Et, comme pour beaucoup d'autres Brésiliens,
    s'il n'y a pas de farinha, pour un piauiense
    de la campagne ou quelqu'un de traditionnel,
    il n'y a rien à manger! 

    La farinha, souvent sous la forme de farofa,
    accompagne le feijão.
    Pilée avec de la carne de sol râpée
    elle deviendra la fameuse paçoca.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Des plats aux poissons et aux fruits de mer
    du Maranhão à la paçoca, à la carne do sertão
    et aux casquinhas de siri, la cuisine du Nordeste
    est l'une des plus caractéristiques du Brésil.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>

    La Cuisine Potiguar<o:p></o:p>

    LA CUISINE DU RIO GRANDE DO NORTE
    Avec ses 410 km de côtes, le Rio Grande do Norte
    les poissons, les crevettes, les crabes, les coquillages
    et autres fruits de mer la cuisine du sertão
    dans le reste de l'État.
    La carne-de-sol se trouve à la base de la cuisine locale.
    Avec de la macaxeira, du feijão-de-corda (ou feijão-verde),
    la mateiga do sertão, du feijão branco,
    de la farofa d'água, des batatas-doces...
    Mais, dans le Rio Grande do Norte,
    on est chez les amateurs de gerimum
    (abóbora, citrouille en français) et on appelle
    les habitants les papa-gerimum(mangeurs de citrouille).<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Voici les principaux produits locaux:


    Noix de coco: le fameux côco, avec lequel on fait
    une infinité de produits. Voir côco.


    Manioc: du tubercule du manioc (mandioca)
    - plante d'Amérique du Sud, de la famille des euforbiacées
    - il est produit de la farine (farinha) et
    du tapioca (polvilho ou goma).
    Voir Mandioca.


    Macaxeira:
    Du tupi maka xera espèce de manioc comestible
    que l'on cuit dans l'eau.
    On les mange avec de la viande, comme garniture ou
    au lait à la campagne du Nordeste.
    On en fait aussi le fameux bolo (gâteau) de macaxeira
    ou bolo de aipim.


    Aipi ou aipim:
    Du tupi aipi, le même que macaxeira.


    Caju:
    Le fruit de l'anacardier.
    On mange le fruit frais, on en fait des jus (suco de caju),
    des cajus en compote sucrée (doce de caju) ou
    encore cristalisés (caju cristalizado).
    Les châtaignes sont grillées , parfois salées.
    On en fait de la farine en les pilant et
    en y ajoutant de la farine de manioc.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Dans l'Etat du Rio Grande do Norte,
    comme partout dans le Nord et le Nordeste du Brésil,
    le manioc est aussi incontournable.
    Et, comme pour beaucoup d'autres Brésiliens,
    s'il n'y a pas de farinha, pour un potiguar
    l'habitant du Rio Grande do Norte de la campagne
    ou quelqu'un de traditionnel,
    il n'y a rien à manger! 

    La farinha, souvent sous la forme de farofa,
    accompagne le feijão.
    Pilée avec de la carne de sol râpée elle deviendra
    la fameuse paçoca.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Des plats aux poissons et aux fruits de mer
    du Maranhão à la paçoca, à la carne do sertão
    et aux casquinhas de siri, la cuisine du Nordeste
    est l'une des plus caractéristiques du Brésil.
    <o:p></o:p>

    La Cuisine Sergipana<o:p></o:p>

    LA CUISINE DU SERGIPE
    La cuisine de Sergipe est
    - comme toute la cuisine du Nordeste
    - une cuisine fortement typée.
    Les produits ne sont pas très différents des autres
    États du Nordeste.
    Dans l'Etat du Sergipe le manioc est aussi incontournable.
    Et, comme pour beaucoup d'autres Brésiliens, s
    'il n'y a pas de farinha, pour un sergipano,
    il n'y a rien à manger!
    La farinha, sous la forme de farofa,
    accompagne le feijão verde au beurre.
    Avec de la carne de sol, râpée, cela constituera la paçoca.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Voici les principaux produits locaux:


    Noix de coco:
    Le fameux côco, avec lequel on fait une infinité de produits.
    Voir côco.


    Manioc:
    Tubercule du manioc (mandioca)
    - plante d'Amérique du Sud, de la famille des euforbiacées
    - il est produit de la farine (farinha) et
    du tapioca (polvilho ou goma).
    Voir Mandioca.


    Macaxeira:
    Du tupi maka xera espèce de manioc comestible
    que l'on cuit dans l'eau.
    On les mange avec de la viande, comme garniture ou
    au lait à la campagne du Nordeste.
    On en fait aussi le fameux bolo (gâteau) de macaxeira ou
    bolo de aipim.


    Aipi ou aipim:
    Du tupi aipi, le même que macaxeira.


    Caju:
    Le fruit de l'anacardier.
    On mange le fruit frais, on en fait des jus (suco de caju),
    des cajus en compote sucrée (doce de caju) ou
    encore cristalisés (caju cristalizado).
    Les châtaignes sont grillées , parfois salées.
    On en fait de la farine en les pilant et
    en y ajoutant de la farine de manioc.
    La farinha, souvent sous la forme de farofa,
    accompagne le feijão.
    Pilée avec de la carne de sol râpée
    elle deviendra la fameuse paçoca.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>
    Des plats aux poissons et aux fruits de mer
    du Maranhão à la paçoca, à la carne do sertão et
    aux casquinhas de siri, la cuisine du Nordeste
    est l'une des plus caractéristiques du Brésil.
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :